ÉPHÉMÉRIDES


 "Ne partons pas, avec un trésor inutilisable pour soi, et perdu pour tous"(Cabrol)


  Dates importantes sur le don d'organes et de tissus

08-11-1922 Naissance du Dr Christian Barnard. (voir 02-09-2001)

00/00/1943 Invention du rein artificiel (Pays-Bas) (Sélection).

00-00-1952 La première greffe de rein eut lieu aux Etats-Unis sur des jumeaux, elle fut réalisée par les professeurs John Merill et Joseph Murray.

00-00-1958 La découverte fondamentale du problème de rejet : les groupes leucocytaires HTA : fut mis en évidence en France par Jean Dausset en collaboration avec son collègue Jean Bernard.

00-00-1958 Première transplantation d'organe au Québec avec une transplantation rénale entre donneur et receveur vivant apparentés (jumelles identiques), à l'Hôpital Royal Victoria.(Réf.FDH)

00/00/1958 Invention du stimulateur cardiaque.

00-00-1963 Transplantation rénale avec donneur cadavérique à l'Hôpital Royal Vitoria.(Réf.FDH)

00-00-1963 Thomas Starzl pratiqua la première transplantation de foie.

00-00-1965 Première tentative de transplantation pulmonaire à McGill.(Réf.FDH)

18-12-1967 Chritian Barnard réussit la première transplantation cardiaque.(RC Internet)

00-00-1968 L'institut de Cardiologie de Montréal effectue ses neuf premières transplantations cardiaques.(Réf.FDH)

31-05-1968 Il est 4 h. 5 minutes. La greffe cardiaque est maintenant terminée et l'opération est finie. Le nouveau coeur bat à un rythme convenable et maintient une pression satisfaisante. La première transplantation d'un coeur humain au Canada venait de se réaliser. Il s'agit d'une expérience sans précédant dans l'histoire de la médecine puisque la donneuse a offert non seulemnt son coeur, mais ses deux reins, lesquels ont été greffés à deux personnes différentes à l'hôpital Royal Victoria. Le premier canadien à possédé un "nouveau coeur" est M. Albert Murphy, âgé de 58 ans et résident de Laval. Le bénéficiaire est père de deux enfants.

00-00-1970 Première transplantation hépatique à l'Hôpital Notre-Dame.(Réf.FDH)

00-00-1970 Fondation de Métro-Transplantation qui deviendra plus tard Québec-Transplant, organisme responsable de la coordination de l'ensemble du processus de don d'organes au Québec.(Réf.FDH)

00-00-1981 Première greffe de poumons.

00-00-1982 Les chirurgiens de l'Hôpital Notre-Dame se démarquent en procédant à la première transplantation cardiaque aux Québec.(Réf.7jours 14-10-00)

00-00-1984 L'Hôpital Notre-Dame réalise la première transplantation du pancréas.(Réf.7jours 14-10-00)

00-00-1985 L'Hôpital Royal Victoria effectue la première greffe du bloc coeur-poumons.(Réf.FDH)

26-11-1985 Diane Hébert devient la première québecoise à recevoir une transplantation coeur-poumons.(Réf.FDH)

00-00-1987 Universalisation du don d'organes au moyen de l'option du don d'organes sur la carte d'assurance-maladie.(Réf.FDH)

00-00-1987 Création de la Fondation Diane Hébert. Sa mission:promouvoir le don d'organes et soutenir les personnes greffées ou en attente de greffe.(Réf.FDH)

20/11/1987 Alors qu'elle n'avait que trois mois, Geneviève Brisson est devenue le premier bébé québécois et le dixième au monde à recevoir un nouveau cœur(JdeM)

00-00-1990 Mise sur pied d'un comité consultatif ministériel sur les transplantations d'organes.(Réf.FDH)

30/09/1996 Le ministre Jean Rochon annonce que le programme de greffes pulmonaires sera transféré de l'hôpital Notre-Dame de Montréal à l'hôpital Laval de Québec.(RCI)

16-10-1997 La transplantation d'organes cadavériques est devenue légale au Japon. (Réf. Le Greffon)

00/06/1998 Greffe de neurones fœtaux dans le cerveau endommagé de six macaques. Deux mois après, les primates retrouvent le contrôle de leurs mouvements et leurs faculté intellectuelles.
Sources : Rapport 1998 de l'Etablissement français des greffes, " L'homme et la bête " de Jean Réal, site web du ministère de la santé.

00/09/1998 Première allogreffe de la main par le professeur Dubernard, à l'hôpital Edouard-Herriot de Lyon. Un an plus tard, l'opération réalisée sur un patient néo-zélandais, Clint Hallam, est considérée comme une réussite. La même équipe médicale veut tenter la double greffe bilatérale des mains et des avant-bras.
Sources : Rapport 1998 de l'Etablissement français des greffes, " L'homme et la bête " de Jean Réal, site web du ministère de la santé.

05-04-1999 Décès de M. Paul David fondateur de l'institut de cardiologie de Montréal et ex-sénateur. Il était agé de 79 ans. Il était considéré comme le père de la cardiologie au Québec.(Réf. 100 d'actualités)

00/09/1999 Le professeur Henri Bismuth, à l'hôpital Paul Brousse (Villejuif), réussit trois transplantations de foie à partir d'un seul greffon (un tiers de la masse d'un foie suffit à obtenir sa reconstitution en quelques semaines)
Sources : Rapport 1998 de l'Etablissement français des greffes, " L'homme et la bête " de Jean Réal, site web du ministère de la santé.

00/10/1999 Annonce de la réalisation d'une transplantation d'ovaires en Grande-Bretagne par le docteur Golden.
Sources : Rapport 1998 de l'Etablissement français des greffes, " L'homme et la bête " de Jean Réal, site web du ministère de la santé.

24-01-2000 Premier bébé né au Québec d'une maman greffée du coeur. (Le petit Julien et sa maman Julie). Journal de Montréal 25-01-2000.

02--09-2001 Décès de Christian Barnard.(78 ans)(voir 1967)Le pionnier de la transplantation cardiaque.
Le pionnier de la transplantation cardiaque, le docteur Christiaan Barnard, est décédé dimanche à l'âge de 78 ans dans la station balnéaire de Paphos à Chypre, près de 34 ans après avoir réalisé sa première greffe du coeur.

L'auteur de la première greffe du coeur en Grande-Bretagne en 1979, Sir Terence English, l'a qualifié d'«homme très méticuleux et très difficile en salle d'opération». «À un moment donné, il était l'un des deux ou trois hommes les plus connus du monde», a dit Sir English. «Vous pouviez vous balader et rencontrer des gens qui ne savaient pas qui était John Kennedy, mais qui connaissaient Chris Barnard».

Personnage haut en couleur, le Dr Barnard avait réalisé la première transplantation cardiaque le 3 décembre 1967. Pour cette opération, il avait utilisé le coeur (endommagé, mais encore battant) d'une jeune femme de 25 ans décédée dans un accident de la route pour le transplanter sur un malade de 53 ans, Louis Washkansky, qui était parvenu à survivre 18 jours à l'opération. En moins de 24 heures, il devenait une célébrité à l'échelle de la planète. Sa renommée a bénéficié d'un physique exceptionnel de vedette hollywoodienne et d'un éternel sourire rayonnant.

Fils de pasteur, Chris Barnard est né le 8 novembre 1922, à Beaufort West, dans le sud-ouest de l'Afrique du Sud. C'est la mort de l'un de ses quatre frères, à l'âge de cinq ans d'une maladie cardiaque, qui serait à l'origine de la vocation de celui qui allait devenir le chirurgien le plus connu au monde.

Barnard a commencé sa carrière à l'hôpital de Groote Schuur du Cap, mais obtint sa spécialité en cardiologie aux États-Unis, en 1958, à l'université du Minnesota, à Minneapolis. Il avait affirmé après la fin de l'apartheid, qu'il resterait en Afrique du Sud. Il s'était finalement installé depuis peu en Autriche. Il avait dû renoncer à pratiquer en 1983 en raison d'une arthrite. À la fin de la vie, il s'était lancé dans d'étranges expériences génétiques pour lutter contre le vieillissement. «Je suis inquiet de commencer à paraître vieux (...) J'aime bien me regarder dans la glace et être fier de ce que j'y vois», avait-il déclaré, il y a quelques années.(Le Soleil)


15/02/2002 Christopher Klug, Greffé du foie, gagne une médaille de bronze au surf des neiges (slalom parallèle) des Jeux olympiques de Salt Lake City.

15/03/2002 Coeur mécanique pour un enfant de deux ans
Des chirurgiens cardiaques procèdent avec succès, à l'Hôpital de Montréal pour enfants, à l’implantation d’un coeur mécanique au petit Émile Jutras. Il s’agit d’une première canadienne. Quatre mois plus tard, en juillet, une grande nouvelle attend Émile et ses parents: Québec-Transplant leur annonce qu’un coeur, en provenance des États-Unis, est disponible pour l’enfant. La transplantation de l’organe a lieu le lendemain. Le petit Émile obtient son congé de l’hôpital en septembre 2002.(RC)

01/06/2002 Décès de Robert Lapierre à l'âge de 61ans. Premier greffé du coeur aux Îles de la Madeleine Qc.

03/07/2002 (D'après PC) -- Le petit Émile Jutras, qui vit depuis février avec un coeur artificiel à l'Hôpital pour enfants de Montréal, a reçu avec succès un nouveau coeur ce matin.
L'organe a été emmené du New Jersey par avion, vers cinq heures.
Le délai entre le prélèvement du coeur chez le donneur et la transplantation ne devait pas dépasser six heures.
Le jeune Émile est atteint d'une myocardite aiguë et survivait jusqu'ici grâce à un coeur mécanique.
Les prochains jours seront cruciaux pour l'enfant.(Canoë)


06 au 11/08/2002 Les Jeux Canadiens des Greffés à St-Jean, Terre-Neuve. Les Jeux seront centralisés sur le site de l’Université Memorial de Terre-Neuve (MUN) ou à proximité.

22/09/2002 Julie Paradis, 23 ans, vit avec un cœur tout neuf, après dix longs mois d'anxiété passés sur la liste d'attente des greffés cardiaques. (Journal de Québec)

24/04/2003 Marche pour le Don D’organe Marche pour la vie
Départ le 24 avril 2003 à 9 heure a.m du Square Dorchester à Montréal. Plusieurs personnalités seront sur place. Activités de sensibilisation pour le don d’organe

05/12/2003 M. Dominique Arseneau, fils de Lucie et Jérémie Arseneau de Havre-aux-Maisons, reçoit un rein de son frère Mathieu. L'opération réussit très bien pour les deux garçons. (Le radar)

29/05/2004 Marche pour les greffés. De l'Hotel de ville de Cap-aux-Meules jusqu'à la salle Wendell Chiasson (aller-retour)

02/12/2004 Le 2 décembre 2004 dernier, Sylvain Bédard (greffé du cœur) et Dave Smith (greffé du rein) escaladent le Sajama (6 500 m) le plus haut sommet de la Bolivie.
Accompagnés de trois cardiologues, Dr. Michel White, Dr.Yves Tessier, et Dr. Heather Ross et de l’équipe des Karavaniers du Monde, ils marquent un nouveau record mondial; jamais un greffé n’avait passé la barre du 6 000 m.

08/12/2004 Le Montréalais Patrick Amyot (33 ans)a été le tout premier au Québec à recevoir le foie d'un donneur encore vivant. L'opération fut faite à l'Hopital St-Luc du Centre hospitalier de l'Université de Montréal. Le Donneur vivant est sa soeur Marie-Annick Amyot, 29 ans.(J. de Québec)

25-26/11/2005 France Le quotidien britannique Daily Telegraph publie, ce samedi matin, en primeur mondiale, la photo de la femme qui a subi la première greffe partielle du visage. La patiente, une femme de 38 ans, se porte bien et serait heureuse du résultat.
L'intervention chirurgicale, qui a mobilisé au total une cinquantaine de personnes, a eu lieu dans la nuit de samedi à dimanche dernier à Amiens, en France, et a duré près de 24 heures.
Cette première greffe partielle du triangle facial, soit le nez, les lèvres et le menton, était rendue nécessaire parce que la femme avait été gravement défigurée par une morsure de chien en mai dernier.
La transplantation a été réalisée à partir d'un greffon prélevé sur une donneuse en état de mort cérébrale.

06/12/2005 Première médicale Une valve aortique «bio» implantée Des médecins de l'Institut de cardiologie de Montréal ont implanté une valve aortique à une patiente, le 6 décembre dernier, sans lui ouvrir la cage thoracique. L'opération constitue une première en Amérique du Nord, et s'est avérée un succès pour la dame de 64 ans. (Radio-Canada nouvelles)

17/01/2006 Le Dr Pierre Grondin n'est plus
Dr Pierre Grondin, premier cardiologue à avoir réalisé une greffe cardiaque au Canada, est décédé mardi. Il avait 80 ans.
Selon la radio de Radio-Canada, il aurait été victime d'une forme rare de déchirure de l'oesophage.
Pierre Grondin aura marqué l'histoire médicale nationale pour avoir été le premier cardiologue à réaliser une greffe du coeur au Canada, en 1968. Il avait mené la délicate intervention à l'Institut de cardiologie de Montréal (ICM), six mois à peine après la toute première greffe du genre réalisée en Afrique du Sud.
Il avait entre autres reçu la Médaille pour services éminents de l'Ordre du Canada et le prix Lenègre de la Fondation Nativelle, de France
Le Dr Grondin a obtenu son doctorat en médecine à l'Université Laval, en 1951, puis a poursuivi des études aux États-Unis.
Il a commencé sa carrière de chirurgien à l'Hôpital Sainte-Marie de Trois-Rivières. Il est ensuite entré à l'ICM peu après sa fondation par Paul David, en 1954, où il a été chef du département de chirurgie cardiaque de 1963 à 1975.
En 1971, il est devenu professeur de clinique à la Faculté de médecine de l'Université de Montréal.

00/03/2012 Le centre de transplantation italien ISMETT, situé à Palerme, en Sicile, a annoncé avoir procédé à la première greffe partielle d'un foie en utilisant un robot pour découper un morceau de l'organe du donneur.
« Seuls les bras du robot ont opéré à l'intérieur de l'abdomen du donneur. Dans le passé [...] certaines interventions ont été effectuées en utilisant un robot mais avec l'aide du chirurgien qui, avec sa main dans l'abdomen, exécutait avec le robot, une partie de l'intervention », explique l'ISMETT dans un communiqué.
Grâce au robot, seuls cinq trous et une incision de neuf centimètres ont suffi à la procédure.
Le morceau de foie a été prélevé d'un homme de 44 ans et a servi à son frère, âgé de 46 ans souffrant d'une cirrhose.
L'intervention, qui a eu lieu en mars, a duré 10 heures. Le donneur est sorti de l'hôpital après neuf jours et a repris ses activités professionnelles. Son frère est resté hospitalisé plusieurs semaines et a pu rentrer chez lui il y a quelques jours.
Le robot Da Vinci SHDI, qui a réalisé la transplantation, ressemble à une pieuvre à plusieurs bras. Ses outils articulés permettent d'effectuer des mouvements impossibles pour les mains d'un chirurgien. Il permet ainsi de pratiquer des procédures complexes, comme le prélèvement d'une petite portion d'un foie, en plus de réduire les risques d'hémorragie et le temps de rétablissement du patient.
Unique prototype sur le marché, le robot a été conçu dans le Centre de chirurgie robotique multidisciplinaire de Pise.
Une douzaine de médecins et d'infirmières ont participé à l'intervention.
Radio-Canada.ca avec AFP

02/07/2012 ALMA - Le doyen des greffés du coeur dans la région, l’Almatois Gaston Gagnon, s’est éteint le 2 juillet dernier à l’âge de 70 ans. M. Gagnon a été opéré il y a près de 25 ans, le 17 décembre 1987, à l’Institut de cardiologie de Montréal. Pour l’établissement, il s’agissait de la 36e intervention du genre. (Le Quotidien)

Automne 2012 Des médecins du CHUM ont réalisé cet automne la première transplantation combinée poumons et foie au Québec.
Le patient greffé, Alexandre Grégoire, âgé de 33 ans, a quitté l'Hôpital Notre-Dame quatre semaines après l'intervention. Pour survivre, il avait absolument besoin de nouveaux poumons et d'un foie, parce qu'il souffrait depuis son enfance de fibrose kystique et de problèmes hépatiques.
«Je suis sorti de l'hôpital il y a quelques semaines seulement, et ma vie, la vraie vie, reprend déjà son cours. J'ai plein de projets en tête», a confié le jeune homme.
«Je me préparais à cet appel depuis plus de 18 mois. J'avais besoin d'oxygène 24 heures sur 24 depuis près d'un an et j'avais vraiment hâte que tout ça se passe.»
Alexandre Grégoire se souvient très bien de l'annonce de sa greffe.
«Quand j'ai reçu l'appel, j'étais complètement mêlé dans mes sentiments. J'étais prêt à franchir cette étape, mais j'avais très peur des risques entourant une telle chirurgie», se rappelle-t-il.
Une intervention des plus complexes
L'intervention chirurgicale a été pratiquée à l'Hôpital Notre-Dame, à Montréal. Près de douze heures ont été nécessaires pour pratiquer l'opération. Une vingtaine de médecins et d'infirmières étaient présents.
«Il y a quelques années, on avait malheureusement peu de choses à offrir à un patient qui était atteint de deux maladies avancées qui touchaient des organes comme le poumon et le foie. Le risque de chirurgies combinées était trop grand et ces patients-là, souvent, décédaient», se rappelle le docteur Pasquale Ferraro, qui a réalisé de nombreuses greffes pulmonaires au Québec au cours des dernières années.
Il est extrêmement rare que des chirurgiens doivent transplanter des poumons et un foie en même temps. La dernière fois qu'une telle opération aurait pu être tentée au CHUM, c'était il y a cinq ans, mais aucun donneur n'avait alors été trouvé.
La date précise de l'opération n'a pas été dévoilée, pour ne pas permettre d'identifier le seul donneur lui a sauvé la vie d'Alexandre Grégoire.
Aujourd'hui, environ 1200 personnes sont en attente d'une greffe à travers le Québec. Les médecins entourant Alexandre Grégoire ont d'ailleurs profité de l'occasion pour rappeler l'importance de se prononcer sur le don d'organes et d'en avertir sa famille.
Réf.TVA Nouvelles

21/12/2013 Le patient au coeur articifiel «récupère et progresse» Par figaro iconlefigaro.frfigaro iconAFP agence - le 21/12/2013 L'homme n'a pas rencontré de complications après l'opération. François Hollande et la ministre de la Santé Marisol Touraine ont adressé leurs félicitations à l'équipe de chirurgiens de l'hôpital Georges Pompidou.
Il va bien. Le patient qui a reçu mercredi le premier coeur artificiel définitif de la société Carmat «progresse et récupère», a indiqué samedi le Pr Christian Latrémouille, qui a réalisé l'opération à l'hôpital Georges-Pompidou. «Il était dans une situation de fin de vie», sans autre alternative, a expliqué le Pr Latrémouille lors d'une conférence de presse. «L'intervention s'est déroulée dans de bonnes conditions. Dès le lendemain, il a été extubé, son respirateur artificiel retiré, ce qui correspond exactement aux conditions d'une transplantation cardiaque. Il n'y a pas eu de complications liées au caractère innovant de l'implantation, nous nous sommes retrouvés dans des conditions habituelles» de greffe cardiaque, a-t-il raconté.
La ministre de la Santé Marisol Touraine a tenu à «féliciter le professeur Alain Carpentier et les chirurgiens qui ont opéré». «Il s'agit d'un saut qualitatif majeur qui vient d'être réalisé», a-t-elle dit. «Il faut toujours faire preuve d'un peu d'humilité et de précaution, mais ce sont de très belles perspectives qui s'ouvrent». Le président François Hollande a, lui aussi, adressé ses «félicitations» et «encouragements» au Pr Carpentier et à l'équipe de chirurgiens de l'hôpital Georges-Pompidou. «Je tiens à vous adresser mes félicitations et mes encouragements. La France peut être fière de cette action exceptionnelle au service du progrès humain» a écrit le président dans une lettre dont Le Figaro a eu copie.

02/03/2014 Publié le 03 mars 2014 à 15h12 | Mis à jour le 04 mars 2014 à 12h14 Décès du premier porteur d'un coeur artificiel autonome
ELISABETH ZINGG Agence France-Presse PARIS
Le malade de 76 ans qui avait bénéficié de la première implantation d'un coeur artificiel autonome conçu par la société française Carmat est décédé dimanche à Paris, 75 jours après avoir reçu cette prothèse cardiaque porteuse de grands espoirs pour des patients ne pouvant bénéficier d'une greffe.
«Soixante-quinze jours après l'implantation du premier coeur artificiel bioprothétique Carmat chez un homme de 76 ans souffrant d'une insuffisance cardiaque terminale, le malade est décédé le 2 mars 2014», a annoncé lundi l'Hôpital européen Georges-Pompidou.
L'établissement a rendu hommage à ce patient en fin de vie qui «pleinement conscient de l'enjeu, a, par sa confiance, son courage et sa volonté, apporté une contribution mémorable aux efforts engagés par les médecins pour lutter contre une maladie en pleine évolution».
Souffrant d'insuffisance cardiaque terminale, le patient dont l'identité n'a pas été rendue publique, avait été choisi pour recevoir le premier coeur artificiel autonome Carmat pour pallier la pénurie de coeurs à greffer mais aussi apporter une solution aux contre-indications à la transplantation.
Des coeurs artificiels sont implantés dans le monde depuis une dizaine d'années mais il s'agissait de machines temporaires, posés dans l'attente d'une greffe.
En outre, jusqu'à présent la mise en place de «coeurs artificiels» devaient être accompagnée de traitements anti-coagulation lourds, ce qui avait pour gros inconvénient d'accroître fortement les risques d'hémorragies. L'espoir avec Carmat est précisément de se passer de tels traitements.
L'intervention qui avait duré une dizaine d'heures avait été réalisée le 18 décembre dernier dans le service du Pr Jean-Noël Fabiani, sous la direction du Pr Alain Carpentier, concepteur du projet.
Peu après l'intervention, le Pr Fabiani avait souligné le caractère innovant de la prothèse Carmat, « un coeur artificiel total, biologique et définitif», capable de remplacer totalement la pompe cardiaque.
Il soulignait également qu'il était «totalement biologique à l'intérieur», une caractéristique essentielle pour éviter que le sang - comme il le fait sur des surfaces étrangères, non biologiques - ne forment des caillots.
Aucune réaction n'a pu être immédiatement obtenue auprès de la société Carmat, cotée en bourse, qui avait annoncé dès le 20 décembre que plusieurs autres implantations auraient lieu prochainement à Paris et en province.
Cette première phase destinée à «tester la sécurité de la prothèse» et portant sur un total de quatre patients, devait être suivie par une deuxième phase, avec une vingtaine de patients, focalisée sur des «aspects qualitatifs d'efficacité» de la prothèse conçue pour durer «au moins cinq ans».
Mais tous les patients en insuffisance cardiaque ne pourront pas en bénéficier. Cet appareil de 900 grammes, plus lourd qu'un coeur humain (300 g), ne peut pour l'instant être implanté que chez des personnes corpulentes : il est compatible avec 70% des thorax des hommes et 25% de ceux des femmes.
Autre obstacle, le prix. Ce coeur high-tech coûte environ 160 000 euros (soit 244 300 $CAN), autant qu'une greffe et ses suites opératoires. Seuls les plus fortunés, sauf si la Sécurité sociale le rembourse, pourront se l'offrir.
Dans son communiqué, l'hôpital Georges Pompidou relève que les causes du décès du patient de 76 ans «ne pourront être connues qu'après l'analyse approfondie des nombreuses données médicales et techniques enregistrées».
Mais il souligne également «l'importance des premiers enseignements» que les médecins impliqués ont pu tirer de cette expérience «concernant la sélection du malade, le suivi postopératoire, le traitement et la prévention des difficultés rencontrées».



 Accueil Accueil coeur  Greffé du coeur  Ass. Greffées Est Québec  Autocollants  Éphémérides
 Je me renseigne  Question-Réponses  La Résidence  Revue de presse  Statistiques  

Haut de page