ÉPHÉMÉRIDES
2016
Nationales-Internationales



Si Par inadvertance une erreur se serait glissée
et que vous vous en aperceviez, auriez vous l'obligeance
de m'en aviser par courriel.
Merci



Ils sont nés le.......... C'est arrivé le.......... Ils sont partis le..........


RECHERCHE:
PC = CTRL + F --- MAC = POMME+F


2016





C'est arrivé le .......


2016


19/03/2016 Publié 19/03/2016 le 19 mars 2016 à 10h45 | Mis à jour à 17h03
Guy Cormier, accompagné de Monique Leroux, entrera officiellement en fonction pour un mandat de quatre ans au terme des assemblées générales annuelles du Mouvement Desjardins, qui se tiendront au Palais des congrès de Montréal, le 9 avril.
PATRICE BERGERON La Presse Canadienne Lévis Le Mouvement Desjardins a élu le plus jeune président de son histoire samedi: âgé de 46 ans, Guy Cormier a été choisi pour succéder à Monique Leroux.
Il l'a emporté au premier tour contre Daniel Paillé et Robert Ouellette au terme d'un vote tenu à huis clos par une assemblée extraordinaire de 256 délégués, au siège social de la coopérative, à Lévis.
Issu de la base, employé de l'institution depuis 1992, il a balayé les critiques récentes voulant que Desjardins s'éloigne de se origines et est en train de devenir comme une banque.
« J'ai commencé dans une caisse, j'ai grandi dans le mouvement coopératif, je suis à même de savoir que Desjardins ne s'éloigne pas de ses membres, a-t-il déclaré dans une conférence de presse après son élection. [...] Desjardins est l'institution la plus présente sur le territoire, la plus accessible. C'est sûr que la société évolue, que les canaux pour rejoindre les gens évoluent, mais je suis profondément convaincu que Desjardins est loin d'être une banque. »
Guy Cormier est actuellement premier vice-président du réseau des caisses et des services aux particuliers. Il a été directeur de comptes Entreprises, directeur général de plusieurs caisses avant d'assumer le poste de vice-président Finances, Réseau des caisses, de 2009 à 2012.
Il a expliqué en quoi son style allait différer de celui de sa prédécesseure, en raison de ses origines et sa longue carrière sur le terrain. « Je souhaite avoir un style qui tient compte de mes origines, de mes racines, qui viennent des caisses, de la base du mouvement. Ça va être un leadership qui va se rappeler de ses origines et ce sera une source de différence. »
Le président élu a aussi abordé deux enjeux délicats au sein du mouvement, soit la question des ristournes et les problèmes informatiques.
Sur les ristournes, il a fait savoir qu'il allait s'assoir avec les délégués des caisses pour bien positionner l'évolution des ristournes, qui pourraient être collectives, individuelles, ou en fonction du nombre de produits détenus par le membre, et tout en tenant compte de la solidité financière de la coopérative.
Quant aux enjeux numériques, le nouveau grand patron a indiqué que Desjardins « va continuer de se moderniser, au rythme de notre société et des besoins de nos membres ».
M. Cormier entrera officiellement en fonction pour un mandat de quatre ans au terme des assemblées générales annuelles du Mouvement Desjardins, qui se tiendront au Palais des congrès de Montréal, le 9 avril.
La présidente sortante, Mme Leroux, s'est présentée au côté de son successeur lors de la conférence de presse. Elle a dit être « très fière » du fait que l'institution a choisi le plus jeune président de son histoire.
« C'est un signe important de relève chez Desjardins », a-t-elle dit.
Parmi les deux candidats défaits, seul Daniel Paillé s'est adressé à la presse après l'assemblée. Ancien chef du Bloc québécois et ex-ministre péquiste, il était perçu comme le candidat de l'externe qui allait brasser la cage du mouvement et le ramener à ses origines.
Il s'est rallié au choix des délégués, même s'il a avoué être « déçu ».
« J'ai proposé des idées, ils ont fait leur choix, et moi je vais continuer dans mon milieu des affaires et financier. Il paraît que j'ai contribué aux idées, et je suis bien content. [...] Je savais que comme j'étais de l'extérieur, que c'était une ''long shot''. »
Il a décrit le vainqueur de la course comme un « excellent leader » qui avait fait un discours « très rassembleur », un « enfant du sérail » qui va faire progresser le mouvement, selon lui.
L'autre candidat défait, Robert Ouellette, qui est premier vice-président aux technologies et au centre de services partagés de Desjardins, ne s'est pas adressé aux représentants des médias.
Chacun des candidats devait s'adresser à l'assemblée avant la tenue du scrutin, mais le contenu des discours était confidentiel. Les 256 délégués avaient été choisis par les structures régionales de l'organisation coopérative dans tout le Québec ainsi qu'en Ontario.
Après l'assemblée et le scrutin, les délégués ont célébré l'élection au mousseux dans le grand hall du siège social, un bâtiment très récent. M. Cormier en a profité pour saluer les membres du collège électoral.
En 2015, les excédents avant ristournes de Desjardins ont progressé de 23 % pour atteindre 1,96 milliard de dollars. Les ristournes versées aux membres devraient osciller entre 150 et 160 millions.
Monique Leroux aura droit à une allocation de 571 612 $ à la fin de son mandat. Il s'agit de bénéfices antérieurs qui remontent à avant son élection en 2008.
En 2015, la rémunération globale de la présidente a atteint 3,9 millions de dollars, une hausse de 6,6 % par rapport à l'année précédente. Les salaires et avantages sociaux des hauts dirigeants de la coopérative ont atteint 48,5 millions en 2015, soit une augmentation de 8,6 % en comparaison avec 2014.

22/03/2016 RTBF avec Agences Publié à 09h53 - Mis à jour à 21h42
Deux explosions à l'aéroport de Zaventem peu avant 8 heures, une autre explosion a eu lieu peu avant 9 heures dans la station de métro bruxellois Maelbeek, en plein cœur du quartier européen: Bruxelles a été la cible des terroristes ce mardi. Ces deux attaques auraient fait, selon le dernier bilan provisoire, 30 morts et environ 230 blessés. Le double attentat a été revendiqué par le groupe terroriste Etat islamique.
Des personnes suspectées d'être liées aux attentats sont activement recherchées ce mardi soir, y compris par des patrouilles de police en rue. Les dernières perquisitions ont notamment lieu sur la place Princesse Elisabeth à Schaerbeek, a appris Belga de sources sûres.
Selon le parquet fédéral, "elles ont ont mené à la découverte d'un engin explosif contenant entre autre des clous. Les enquêteurs ont également découvert des produits chimiques et un drapeau de l'Etat Islamique". "Diverses perquisitions sont en cours en Région bruxelloise et à plusieurs endroit dans le pays. Plusieurs témoins sont également entendus", précise-t-on.
A 19h, une source policière a annoncé que, lors des devoirs d'enquête complémentaires en cours mardi soir, de nouveaux explosifs avaient été découverts. A 19h, une source policière a annoncé que, lors des devoirs d'enquête complémentaires en cours mardi soir, de nouveaux explosifs avaient été découverts. - © VIRGINIE LEFOUR - BELGA Les suspects filmés par les caméras de surveillance à Zaventem...
Une photo prise à partir des caméras de surveillance à l'aéroport montrerait les suspects dans le hall de Zaventem peu avant les explosions. Les deux individus en noir sur le cliché seraient les deux kamikazes tandis que l'individu avec un chapeau sur la droite est actuellement en fuite et activement recherché. Selon le journal Het Laatste Nieuws, la photo aurait été tweetée par un service de police mais uniquement pour un usage interne à la police.
Les assaillants de l'aéroport international de Bruxelles, où deux explosions ont fait au moins 14 morts mardi matin, transportaient leurs bombes dans des valises posées sur des chariots (comme on peut le voir sur la photo diffusée), a déclaré à l'AFP dans la soirée le bourgmestre de Zaventem. "Ils sont venus en taxi avec des valises, leurs bombes étaient dans les valises. Ils ont mis leurs valises dans des chariots. Les deux premières bombes ont explosé", a affirmé Francis Vermeiren. "Le troisième a aussi mis sa valise sur un chariot mais il a dû paniquer, elle n'a pas explosé", a-t-il ajouté.
Un photo issue des images des caméras de surveillance laissent entrevoir le visage des suspects. LEs deux individu en noir seraient les deux kamikazes, l'autre serait activement recherché. Un photo issue des images des caméras de surveillance laissent entrevoir le visage des suspects. LEs deux individu en noir seraient les deux kamikazes, l'autre serait activement recherché. - © Tous droits réservés Sur cette photo, les deux individus en noir portent un gant à la main gauche. Selon la BBC et La Libre, ces gants cachaient les détonateurs des bombes utilisées dans l'aéroport.
La police a également lancé un avis de recherche concernant le troisième individu sur la photo.
Revendication de l'EI
L'organisation terroriste Etat islamique (EI) a revendiqué mardi les attentats perpétrés à Bruxelles. L'information a été diffusée par Amaq, l'agence de communication de l'EI. L'organisation indique que plusieurs de ses "combattants" ont ouvert le feu à l'aéroport avant de faire exploser leur ceinture, et qu'un autre fait exploser sa ceinture dans la station de métro Maelbeek.
L'EI fait référence dans son communiqué à la participation de la Belgique à la coalition internationale qui combat l'organisation: '"Une cellule secrète des soldats du califat (...) s'est élancée en direction de la Belgique croisée", affirme le communiqué. Le texte accuse aussi a Belgique de n'avoir "cessé de combattre l'islam et les musulmans".
Attentats revendiqués par l'Etat islamique: bilan provisoire de 30 morts Attentats revendiqués par l'Etat islamique: bilan provisoire de 30 morts - © Tous droits réservés "Un moment redouté depuis longtemps"
Le Premier ministre Charles Michel a appelé mardi la population à "tout mettre en oeuvre pour sauvegarder nos libertés fondamentales" et revenir rapidement à "une vie normale". à 18h30, Charles Michel a confirmé à l'issue d'un conseil national de sécurité la réouverture progressive des transports en commun, moyennant des mesures renforcées sur le plan de la sécurité.
Des vies innocentes ont été brisées en plein vol à Zaventem et au cœur de Bruxelles, "fauchées par la barbarie la plus extrême", a-t-il dit. "Il y a un avant et un après" le 22 mars 2016.
Plus tôt dans la journée, le Premier ministre Charles Michel a évoqué un "moment de tragédie, moment noir" et confirmé que "deux attentats se sont produits ce (mardi) matin", les qualifiant "d'aveugles, violents et lâches". "Ce que nous redoutions s'est réalisé." Il y a, a-t-il ajouté, "de nombreux morts".
Le niveau de la menace terroriste passe à 4 sur une échelle de 4, a-t-il aussi confirmé, précisant que des mesures de sécurité additionnelles sont prises, notamment pour les transports en commun.
Le Premier ministre, tout comme le procureur fédéral Frédéric Van Leeuw, ne veut, à l'heure actuelle, pas faire de lien avec l'arrestation vendredi de Salah Abdeslam : "Nous n'avons aucune informations sur cela".
Sur nos antennes, le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders (MR) a déclaré qu'il craignait que "d'autres personnes soient encore dans la nature".
Le gouvernement fédéral décrète trois jours de deuil national, a indiqué le ministre de l'Intérieur Jan Jambon (N-VA).
Le roi Philippe s'est, quant à lui, exprimé sur le coup de 19h et à exhorté la population à "continuer à répondre ensemble avec fermeté, calme et dignité".

04/05/2016 Canada: les feux de forêt forcent l'évacuation de milliers de personnes
Montréal - Les autorités canadiennes ont émis mardi un avis d'évacuation obligatoire de milliers de personnes dans la moitié sud de Fort McMurray, au nord de la province de l'Alberta, en raison d'un important feu de forêt attisé par les vents qui gagnait les premières habitations.
L'incendie progresse rapidement vers le nord de la ville, l'évacuation obligatoire a été déclarée pour une dizaine de quartiers de la ville de 100.000 habitants, selon l'alerte donnée vers 15h00 locale (21H00 GMT) par les services d'urgence de l'Alberta.
Une demi-heure plus tôt, la mairesse de la ville, Melissa Blake, avait demandé à ses administrés de se tenir prêts à évacuer et de préparer le juste nécessaire. Mais vers 22H00 GMT, la situation s'est aggravée. Des évacuations sont en cours et probablement d'autres sont à prévoir, a posté sur son compte Twitter Mme Blake en demandant à la population de garder son calme et de rester cordial sur la route.
Sur les images des télévisions, de longues files de voitures gagnaient le nord sur l'autoroute principale de la ville au milieu des flammes, la police ayant fermé cette principale voie en direction du sud.
Tous les habitants des quartiers situés au sud-est de la ville, localisés sous le fleuve Clearwater, ont été invités à gagner d'urgence un centre d'hébergement à plus d'une vingtaine de kilomètres, a indiqué la municipalité de Wood Buffalo, un des quartiers de cette ville au nord de la province pétrolière.
Contenu jusqu'à lundi au sud de la ville, l'incendie a été poussé par des vents de nord-est et a gagné rapidement mardi les premiers quartiers en raison de la sécheresse qui affecte la province où les records de température étaient battus mardi avec près de 30 degrés.
La veille, l'état d'urgence avait été décrété et 500 personnes avaient été évacuées par précaution et en raison des fumées importantes générées par l'incendie à un peu plus d'un kilomètre de la ville.
(©AFP / 04 mai 2016 00h49)

14/07/2016 84 morts et 100 blessés dans un attentat à Nice
PUBLIÉ LE JEUDI 14 JUILLET 2016 À 18 H 29 | Mis à jour à 18 h 12
Le fil des événements de l'attentat à Nice, un reportage de Jérôme Labbé Au moins 84 personnes ont été tuées lorsqu'un camion a foncé dans la foule venue assister aux célébrations du 14 Juillet à Nice, en France.
RADIO-CANADA AVEC REUTERS, ASSOCIATED PRESS ET AGENCE FRANCE-PRESSE Une centaine de personnes ont aussi été blessées, dont 18 sont dans un état critique. Des enfants font partie des victimes.
Dans une allocution en pleine nuit, le président français François Hollande a parlé d'une attaque à « caractère terroriste ».
Il a du même coup annoncé qu'il prolongeait l'état d'urgence de trois mois en France, alors qu'il devait prendre fin le 26 juillet prochain. En plus de mobiliser 10 000 militaires, la gendarmerie et la police, le président a dit qu'il fera appel à la « réserve opérationnelle », constituée de soldats et gendarmes à la retraite, pour assurer le contrôle des frontières notamment.
Rien ne nous fera céder dans notre volonté de lutter contre le terrorisme. Et nous allons encore renforcer nos actions en Syrie comme en Irak et nous continuerons à frapper ceux qui justement nous attaquent sur notre propre sol, dans leurs repaires.
François Hollande
Il a signifié qu'un conseil de défense se tiendra vendredi pour mettre en place un plan d'action afin de sécuriser toutes les villes françaises à risque.
Le sous-préfet des Alpes-Maritimes, Sébastien Humbert, a confirmé que des coups de feu ont été tirés et que le chauffeur du camion a été abattu par les policiers.
Attentat à Nice - notre section spéciale Des sources policières ont confié à l'AFP que des papiers d'identité au nom d'un Niçois d'origine tunisienne ont été retrouvés dans le camion. Le quotidien Nice-Matin rapporte la même information, tout en ajoutant qu'il s'agirait d'un homme âgé de 31 ans.
Une source proche des enquêteurs soutient qu'une « grenade inopérante » et des « armes longues factices » ont été retrouvées dans le camion.
En point de presse, le président de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, Christian Estrosi, a affirmé que, selon plusieurs informations des services de police, le conducteur aurait structuré et prémédité son intervention, et aurait même utilisé une arme à feu par la fenêtre. « C'est à ce moment qu'il aurait été tué par les autorités », a-t-il affirmé, depuis une cellule de crise à Nice.
Des sources policières ont dit que le camion avait été loué dans le sud-est de la France, quelques jours avant l'attentat.
Le parquet antiterroriste de Paris a été saisi de l'enquête sur l'attaque.
François Hollande se rendra à Nice dans les prochains jours pour « mobiliser tous les moyens nécessaires ».
La France est implorée, infligée, mais elle est forte. Et elle sera toujours plus forte, je vous l’assure, que les fanatiques qui veulent aujourd’hui la frapper.
François Hollande
« Des scènes de terreur »
Un témoin a affirmé avoir vu un chauffeur de camion foncer dans une foule de fêtards avec son véhicule et puis sortir en tirant avec une arme à feu, tuant plusieurs personnes.
Un autre a dit : « Il y avait des mouvements de foule de partout. Moi, je me trouvais devant un lieu d'animation. Des centaines de personnes se sont mises à courir dans tous les sens. On pensait à une alerte à la bombe. [...] Beaucoup de gens tapaient aux portes pour se réfugier dans les maisons. Des scènes de terreur. »
Un commerçant de la promenade, Johnny Prévost, a raconté avoir vu les gens tomber les uns après les autres. « Le 14 juillet ici, ils ferment la promenade aux voitures, aux scooters, et ils mettent des scènes. Il y a 10 groupes de rock, de salsa et donc il y a des centaines, des milliers de personnes qui viennent danser, auxquelles se joignent d'autres personnes et des touristes qui viennent voir le feu d'artifice à 22 h. [...] Quatre minutes après la fin, à 22 h 30, le camion a passé. »
Les gens dansaient et le camion est arrivé, c'était un jeu de quilles, un jeu de quilles.
Johnny Prévost, un commerçant de Nice
Sur place, Anne-Marie Dussault fait le point sur les événements de Nice Les réseaux sociaux à la rescousse
Facebook a activé son service Safety Check qui permet à ses utilisateurs de signaler qu'ils sont en sécurité.
Un compte Twitter #SOSNICE a été créé pour les personnes qui cherchent des proches ou des amis.
Quelques minutes après l'attaque, les Niçois proposaient aux gens dans la rue de venir se réfugier chez eux. Le mot-clé #PortesouvertesNice est rapidement devenu populaire sur Twitter. Une initiative similaire avait été lancée peu de temps après les attentats de Paris en novembre dernier. Plusieurs dirigeants ont condamné l'attentat, en commençant par le président des États-Unis, Barack Obama.

12/09/16 Stratégie maritime : une croisière diplomatique sur le Saint-Laurent
Un article original de RADIO_CANADA
EXCLUSIF / Radio-Canada – La Stratégie maritime du gouvernement de Philippe Couillard passe en mode « promotion » cette semaine. Une douzaine de représentants diplomatiques partiront en croisière de Montréal lundi en vue d’un voyage de trois jours sur le fleuve Saint-Laurent.
Visites, conférences, présentations, tables rondes… la croisière à bord d’un navire suivie de plusieurs déplacements en avion ne sera pas de tout repos.
En plus de Montréal, d’autres arrêts sont prévus pendant le voyage. Les diplomates passeront par Bécancour et Rimouski et se rendront jusqu’aux Îles-de-la-Madeleine et à Sept-Îles, ce qui prouve que la mission se veut ambitieuse. Cliquez sur les points d’arrêt de la carte ci-dessous pour en savoir plus.
Espoir de retombées
Le gouvernement du Québec précise qu’il ne s’agit pas d’une visite touristique et dit s’attendre à des retombées en faisant la promotion des possibilités d’investissements et des perspectives de collaborations scientifiques et technologiques. Le but sera en effet de montrer aux représentants ce que la Stratégie maritime peut offrir aux entreprises et organismes de leur pays.
Le ministre délégué aux Affaires maritimes, Jean D’Amour, et des membres de son équipe accompagneront les diplomates. La ministre des Relations internationales et de la Francophonie, Christine St-Pierre, sera seulement présente au départ, parce qu’elle doit prendre part à une mission économique à Cuba.
La visite réunira des ambassadeurs et des consuls ainsi que d’autres représentants de gouvernements étrangers
Ambassadrice de l’Union européenne au Canada, Marie-Anne Coninsx Ambassadeur de Belgique au Canada, Raoul Roger Delcorde Consule générale des États-Unis à Québec, Allison Areias-Vogel Consule générale de France à Québec, Laurence Haguenauer Consul général d’Italie, Marco Riccardo Rusconi Consul général adjoint d’Allemagne à Montréal, Cornel Barth De nombreux intervenants feront leur apparition pendant la tournée. Il y sera notamment question du développement du Port de Montréal et de la logistique du transport de marchandises, des zones industrialo-portuaires et de pôles logistiques, de recherches en biotechnologies marines et de gestion en cas d’incidents.
Selon nos informations, les frais de déplacement sont assumés par les participants. En octobre 2015, une quinzaine d’ambassadeurs et de consuls avaient fait une visite semblable dans le Nord-du-Québec dans le cadre du Plan Nord.
Où en est la Stratégie maritime?
La stratégie portée par le ministre délégué aux Affaires maritimes, Jean D’Amour, a été lancée officiellement il y a un peu plus d’un an avec l’objectif de créer 30 000 emplois directs d’ici 2030.
Pour les critiques, l’initiative libérale tarde à prendre son envol. Au cabinet du ministre, on rappelle que 75 projets représentant un investissement de plus de 1 milliard de dollars ont été annoncés jusqu’ici. Un cinquième de cette somme provient des enveloppes du gouvernement québécois, soit 206 millions de dollars. Le reste provient du gouvernement fédéral et du secteur privé.

08/11/16 Donald Trump est le président élu des États-Unis
Au terme d’une longue soirée électorale, le candidat républicain Donald Trump est parvenu à déjouer les pronostics, tôt mercredi matin, en étant élu président des États-Unis, selon les décomptes du Washington Post et de l'Associated Press.
Tout juste élu président des États-Unis, il a affirmé mercredi lors de son discours de victoire qu’il sera «le président de tous les Américains», au terme d’une campagne particulièrement acrimonieuse qui l’a opposé à Hillary Clinton.
«Je viens de recevoir un appel de la secrétaire d’État Clinton. Elle nous a félicités», a-t-il déclaré affirmant que les États-Unis étaient «redevables» envers Mme Clinton pour ses services.
Le président de la campagne de Mme Clinton avait annoncé vers 2 h que la candidate ne s'adresserait pas à la foule pendant la nuit. John Podesta, celui par qui le scandale des courriels piratés par Wikileaks est arrivé, a affirmé qu'il y avait encore beaucoup de votes à compter, même si mathématiquement, il s'avérait presque impossible pour Clinton de reprendre l'initiative. Victoire républicaine à tous les paliers. (JDM)


Haut de page   Retour


Ils sont partis le......
.
2016

05/01/2016 Publié le 05 janvier 2016 à 06h01 | Mis à jour à 06h27 L'ancien maire de Québec Jean-Paul L'Allier est mort
La Presse Canadienne Québec
L'homme politique québécois Jean-Paul L'Allier est décédé à l'âge de 77 ans. Il est mort dans la nuit de lundi à mardi à l'Hôtel Dieu de Québec après une courte maladie.
M. L'Allier avait servi comme maire de Québec, comme ministre dans le premier gouvernement de Robert Bourassa et comme délégué général du Québec à Bruxelles.
Né à Hudson, le 12 août 1938, Jean-Paul L'Allier, avait fait des études en droit et exercé la profession d'avocat dans la région d'Ottawa.
Il a notamment agi comme coordonnateur pour le gouvernement du Québec des visites des chefs d'État à Expo 67. Il a également été secrétaire général conjoint de l'Office franco-québécois pour la jeunesse de 1968 à 1970.
Il a fait carrière en politique provinciale en étant élu député libéral dans Deux-Montagnes en 1970. Il a entre autres assumé les fonctions de ministre des Communications, de ministre de la Fonction publique et de ministre des Affaires culturelles, avant d'être battu en 1976.
Sur le plan diplomatique, il a entre autres agi comme délégué général du Québec à Bruxelles de 1981 à 1984. Il fut également consul honoraire de Belgique à Québec de 1985 à 1988.
Jean-Paul L'Allier s'est aussi fait connaître comme maire de Québec de 1989 à 2001, puis comme maire de la nouvelle Ville de Québec de 2001 à 2005.Daphné

02/06/2016 CameronDAPHNÉ CAMERON La Presse
Le père Benoît Lacroix s'est éteint cette nuit à l'âge de 100 ans.
« Paix à son âme généreuse et subtile. Il s'est éteint avec l'oratoire à la fenêtre », a déclaré son amie de longue date, la chroniqueuse Josée Blanchette.
Théologien et historien du Moyen-Âge, Benoît Lacroix a grandi à Saint-Michel-de-Bellechasse dans une famille de cultivateurs. Entré chez les Dominicains après son cours classique, il a été ordonné prêtre en juillet 1941.
Pendant des décennies, on a pu l'entendre et lire ses textes dans divers médias. Il y a quelques mois encore, il officiait et chroniquait à Radio Ville-Marie. Pendant longtemps, il a aussi offert des textes à La Presse et au Devoir où il a signé son dernier éditorial à 95 ans, le 24 décembre 2010.
« Le père Lacroix était très généreux avec toutes les personnes qui sollicitaient son amitié. Ceux qui l'ont connu ont trouvé en lui accueil, lumière et joie. Il était un Dominicain heureux et nous perdons aujourd'hui un frère d'une grande valeur », a déclaré ce matin le père André Descôteaux, prieur provincial des Dominicains pour le Canada.
Comme auteur, coauteur ou éditeur, le père Lacroix a écrit ou fait paraître une cinquantaine d'ouvrages. Il a aussi enseigné l'histoire médiévale pendant 40 ans à l'Université de Montréal. Grand intellectuel, il a fait des études postdoctorales à l'École Pratique des Hautes-Études de Paris et à l'Université Harvard.
« Le père Benoît Lacroix a été un témoin privilégié de l'histoire récente du Québec. Grand communicateur, il n'a pas cessé, au cours des années, de nous faire profiter de sa grande sagesse », a déclaré ce matin le maire de Montréal, Denis Coderre. « Je tiens, en mon nom personnel et au nom des Montréalais, à saluer la mémoire d'un homme d'exception, d'un grand humaniste. Il nous laisse un enseignement d'une grande richesse, empreint de tolérance pour l'autre et d'optimisme », a-t-il ajouté.
En entrevue avec le chroniqueur de La Presse Yves Boisvert à l'occasion de son 100e Noël, le père Lacroix avait déclaré que l'essentiel dans la vie c'était l'amour qu'on donne « avec ses risques et ses misères ».
« À mon âge, il suffit d'un rien pour que tu lèves les pattes. Mais j'ai fréquenté beaucoup la mort en accompagnant des malades. On se retrouve dans la vérité des gens. C'est un peu vivre sa propre mort en étant avec l'autre. On l'apprivoise », avait-il confié au journaliste. « Le pire, à mon âge, c'est que j'ai perdu beaucoup de mes amis, de mes collègues d'université, et un moment donné, tu ne peux plus partager tes deuils. Mes croyances m'aident. Toutes les grandes religions proclament une suite... Je prends ça au sérieux! »
- Avec la collaboration de Louise Leduc

06/03/2016Nancy Reagan est morte à 94 ans
AFP Publication: 06/03/2016 17h59 CET Mis à jour: 06/03/2016 20h03 CET NANCY REAGAN
DÉCÈS - La loyauté sans faille de Nancy Reagan au chevet de son mari souffrant l'avait transfigurée aux yeux de l'Amérique, effaçant l'image de la femme intransigeante de la société hollywoodienne qu'elle avait été pour devenir une veuve exemplaire.
L'ancienne Première dame des Etats-Unis, décédée dimanche matin à 94 ans d'une insuffisance cardiaque congestive, a été admirée ces dernières années pour les qualités qui avaient été vivement critiquées lorsqu'elle a quitté la Maison Blanche: surprotégeant Ronald Reagan et exerçant une trop grande influence sur lui.
Mais les attentions dont elle a entouré son mari, défendant son image, sa dignité et son héritage politique, tout en l'accompagnant dans la terrible maladie d'Alzheimer jusqu'à son décès en 2004, ont été une révélation pour les Américains.
La starlette de série B Nancy Davis est apparue comme l'incarnation non seulement de l'épouse aimante mais aussi comme l'un des porte-drapeau les plus fervents de la recherche sur les cellules souches embryonnaires, considérée comme particulièrement prometteuse contre l'Alzheimer. "Ma vie a vraiment commencé quand j'ai épousé mon mari", a-t-elle déclaré, rappelle sa biographie postée sur le site de la Maison Blanche.
Née à New York le 6 juillet 1921, Nancy est la fille d'une actrice et d'un vendeur de voitures. Son père abandonne la famille peu après sa naissance. Lorsqu'elle a six ans, sa mère se remarie avec un neurochirurgien, qui l'adopte et la famille part s'installer à Chicago.
En 1949, Nancy gagne Hollywood où elle joue dans des films de série B -onze long-métrages entre 1949 et 1956- et rencontre son futur mari, qui a divorcé l'année précédente de l'actrice Jane Wyman.
Ils se marient en 1952, et c'est le début de l'une des plus grandes histoires d'amour de tous les temps, selon certains. Le couple donne naissance à deux enfants, Patti, en 1952, et Ron, en 1958. Et aussi : Politiques et peoples américains rendent hommage à Nancy Reagan "Un vrai dragon"
Lorsque Ronald Reagan abandonne le cinéma au début des années 1960 pour entrer en politique en devenant gouverneur de Californie en 1967, Nancy devient son éminence grise. Et elle s'investit dans de nombreuses actions caritatives (anciens combattants, personnes âgées, handicapés, etc), et tout particulièrement dans la lutte contre la consommation excessive de drogues et d'alcool chez les jeunes.
En 1985, elle a notamment organisé à la Maison Blanche une conférence pour les Premières Dames de 17 pays afin d'attirer l'attention internationale sur ce dernier sujet. Même pendant sa retraite en Californie, elle a poursuivi sa campagne "Dis simplement non" aux drogues auprès des jeunes.
Peu après son accession à la présidence des Etats-Unis en 1981, Ronald Reagan est la cible ratée d'un attentat et dès lors, Nancy contrôle strictement l'accès à son mari. Dans un entretien au Los Angeles Times, en 1988, elle justifie son influence en affirmant qu'il est mal conseillé, notamment dans le scandale de l'Irangate.
"Quand elle monte sur ses ergots, elle peut être un vrai dragon", racontait il y a quelques années Howard Baker, secrétaire général de la Maison Blanche sous Reagan qui avait remplacé Don Regan, congédié par la Première Dame.
Pour le grand public, Nancy Reagan était surtout connue pour ses tenues "glamour" et ses amis d'Hollywood. "Nancy n'était pas populaire et elle agissait en catimini", écrivait dans un éditorial du Washington Post Eleanor Clift, en 1995.
"Sa seule motivation était de protéger son mari et elle pensait que le meilleur moyen était de maintenir la présidence éloignée de la droite extrême. Son instinct pour la mesure l'a plongée dans des débats sur presque tout, de la politique sociale aux relations américano-soviétiques", écrivait la journaliste.
Après le départ des Reagan de la Maison Blanche en 1989, les livres "révélations" de Don Regan et une biographie non autorisée écrite par Kitty Kelley ont jeté une lumière peu flatteuse sur Nancy Reagan.
Dans leur retraite à Los Angeles, Nancy Reagan a joué un rôle important dans la révélation, en 1994, de la maladie d'Alzheimer qui affectait l'ancien président. Pour préserver l'image et la dignité de son mari, elle refusait les apparitions en public et de vieux amis ne pouvaient plus l'approcher.

22/03/2016 22-03-2016 | 11h13Dernière mise à jour: 22-03-2016 | 14h26 TORONTO - Atteint d'un cancer, le conseiller municipal et ancien maire de Toronto Rob Ford est décédé, a annoncé sa famille, mardi.
«C'est le cœur gros et avec une profonde tristesse que la famille Ford annonce le décès de son enfant chéri, frère, mari et père, le conseiller Rob Ford à l'âge de 46 ans», a affirmé sa famille dans une déclaration écrite.
La famille a précisé qu'elle n'émettra aucun autre commentaire à ce sujet.
Son entourage avait mentionné lundi qu'il avait été admis aux soins palliatifs à l'hôpital Mount Sinaï de Toronto.
Après une première lutte contre le cancer en 2014-2015, Rob Ford avait été à nouveau admis à l'hôpital au début du mois de mars en raison de tumeurs à la vessie.
Atteint par une tumeur abdominale, il avait renoncé à obtenir un deuxième mandat comme maire quelques heures avant la limite fixée pour le dépôt des candidatures pour le scrutin de 2014. Il s'était alors contenté de se faire élire comme conseiller municipal dans Etobicoke Nord, le cœur de la fameuse Ford Nation. Son frère
Doug, et inébranlable défenseur, avait pris son relais en se présentant à la mairie, sans succès.
Après avoir mené «la bataille de sa vie», ponctuée de traitements de chimiothérapie et de radiothérapie, il avait subi avec succès en mai 2015 une intervention chirurgicale pour lui retirer une tumeur maligne à l'abdomen.
Sa convalescence s'était bien déroulée et il était même retourné au travail l'été dernier, jusqu'à ce qu'on annonce en octobre 2015 l'apparition d'une nouvelle tumeur, cette fois à la vessie, ouvrant la porte à de nouveaux traitements de chimiothérapie. LES RÉACTIONS ABONDENT
Les témoignages affluaient mardi après l'annonce du décès du personnage bouillant et coloré qu'était l'ancien maire de Toronto Rob Ford.
Le premier ministre Justin Trudeau, à quelques heures de présenter le premier budget de son gouvernement, a trouvé quelques moments pour formuler ses sympathies pour un «homme qui est décédé beaucoup trop jeune», à l'âge de 46 ans.
De son côté, le maire de Toronto, John Tory, a dit se souvenir du passage de son prédécesseur à la tête de la Ville Reine, parlant de moments empreints de «générosité» et «de véritables efforts pour effectuer ce qu'il croyait être le mieux pour Toronto».
Le maire Tory a précisé qu'il avait rencontré Rob Ford récemment, alors que sa santé était considérablement mal en point, le décrivant comme «un homme profondément humain». Une table a été aménagée dans le hall de l'hôtel de ville de Toronto pour recueillir les signatures des citoyens.
Proches du Parti conservateur du Canada (PCC), Rob et son frère Doug Ford s'étaient impliqués lors de la dernière campagne électorale fédérale. Rob Ford avait notamment participé à un rallye de Stephen Harper particulièrement couru à Toronto.
Dans une rare apparition sur les réseaux sociaux depuis le scrutin de l'automne, M. Harper a souligné que «Rob a été un battant toute sa vie et un fonctionnaire dévoué. Nous n'oublierons pas son courage, son amour pour Toronto et sa famille», a dit celui qui est redevenu simple député.
La chef intérimaire du PCC, Rona Ambrose, n'a pas manqué de reconnaître, sans toutefois les nommer, les ennuis et démêlés qui ont teinté la vie publique de Rob Ford.
«Malgré les défis qu'il a relevés et les controverses auxquelles il a été confronté, j'espère sincèrement que les Canadiens se souviendront de Rob Ford pour son amour durable pour sa communauté et son pays, et pour son dévouement envers ses électeurs», a dit Mme Ambrose.
La première ministre de l'Ontario, Kathleen Wynne, a émis un bref message sur son compte Twitter, partageant «sa tristesse» et offrant «ses pensées et ses prières aux amis, à la famille et aux collègues de Rob Ford».
Sur le site internet Getwellrobford, lancé il y a quelques jours en soutien à l'ancien maire torontois, plus de 7500 messages d'internautes s'accumulaient mardi en fin de matinée. Des citoyens y déposent désormais des messages de sympathie et quelques bons mots pour un politicien qui a souvent marqué l'actualité par ses frasques et ses déclarations sanguines.
ROB FORD EN QUELQUES DATES :
-Né le 28 mai 1969 à Etobicoke, en banlieue de Toronto
-Élu maire de Toronto en octobre 2010
-Destitution en novembre 2012 pour conflit d'intérêts. La décision sera renversée par la Cour d'appel en janvier 2013
-Le Toronto Star révèle en mai 2013 avoir visionné une vidéo le montrant en train de fumer du crack
-La police confirme en novembre 2013 avoir récupéré la vidéo compromettante
-Le conseil municipal retire à Rob Ford une grande partie de ses pouvoirs en novembre 2013
-La découverte d'une tumeur en 2014 l'oblige à se retirer de la campagne électorale lors des élections municipales.

04/06/2016 Publié le 04 juin 2016 à 07h34 | Mis à jour le 04 juin 2016 à 17h04 La légende de Muhammad Ali brille après son décès
BRENDAN SMIALOWSKI Agence France-Presse LOUISVILLE De ses amis d'enfance dans une ville américaine longtemps divisée par la ségrégation au président des États-Unis, le monde entier pleurait samedi Muhammad Ali, saluant la mémoire d'un boxeur légendaire aux convictions en acier, qui a marqué l'histoire.

Personnalité marquante du XXe siècle, sur et hors des rings, il s'est éteint vendredi à 74 ans dans un hôpital de Phoenix, dans l'Arizona.
« Muhammad Ali était ''The Greatest''. Point final. », a réagi Barack Obama dans un hommage appuyé.
Dès le lever du jour, les habitants de sa ville natale, Louisville, sont venus samedi déposer des fleurs devant la petite maison de son enfance.
Non loin de là, le maire de la ville, Greg Fischer, a présidé une cérémonie d'hommage à 10 h, saluant un « homme d'action et de principes » qui a grandi dans cette ville du Kentucky, marquée pendant sa jeunesse par la ségrégation qui séparait encore aux États-Unis les Noirs des Blancs.
En silence, une garde d'honneur a ensuite mis les drapeaux en berne.
« Après un combat de 32 ans contre la maladie de Parkinson, Muhammad Ali est décédé à l'âge de 74 ans. Le triple champion du monde des lourds est mort dans la soirée », avait annoncé le porte-parole de sa famille, Bob Gunnell, vendredi soir.
Ses obsèques auront lieu vendredi à Louisville, a annoncé samedi le porte-parole de la famille du boxeur de légende.
L'ancien président américain Bill Clinton sera l'une des trois personnalités, avec le journaliste Bryant Gumbel et l'acteur Billy Crystal qui prononceront son éloge funèbre, a indiqué le porte-parole lors d'une conférence de presse à Scottsdale, en Arizona. Sa famille se rassemblera dès jeudi pour une cérémonie privée.
Muhammad Ali était hospitalisé depuis jeudi dernier pour soigner un problème respiratoire dans une clinique de Phoenix, où il s'était établi avec sa quatrième épouse Lonnie.
Il souffrait depuis les années 80 de la maladie de Parkinson et avait déjà été hospitalisé à deux reprises fin 2014 et début 2015 pour une pneumonie et une infection urinaire.
Hommages
Passionnés de boxe et passants émus se relayaient jeudi devant l'hôpital où Muhammad Ali a passé ses dernières heures, laissant mots, fleurs et ballons pour un monument improvisé à la mémoire de cette légende du sport.
Ancien boxeur amateur, Joel Valera est venu accrocher une paire de ses gants rouge et blanc à une colonne faisant face à l'entrée des urgences de l'hôpital de Scottsdale, en Arizona, où le sportif s'est éteint vendredi soir.
«Ce n'était pas seulement un immense boxeur, c'était un homme extraordinaire, une personne très humaine», confie cet homme de 49 ans.
«Tu as fait la fierté des États-Unis, ton héritage vivra toujours», pouvait-on lire sur un mot épinglé à côté. Ballons colorés et fleurs avaient également été déposés.
«Que ce grand homme et cette belle âme reposent en paix», avait de son côté inscrit un passant au-dessus d'une photo en noir et blanc montrant Muhammad Ali et Michael Jackson enfant.
Un style unique
L'annonce de son décès a déclenché une vague d'émotion, le monde de la boxe saluant à l'unanimité sa mémoire.
« Dieu est venu chercher son champion », a déploré Mike Tyson, l'un de ses successeurs sur les rings.
« Nous avons perdu un géant », a de son côté déclaré le Philippin Manny Pacquiao, multiple champion du monde, tout juste retraité des rings.
L'histoire veut que Cassius Clay, petit-fils d'esclave, se soit mis à la boxe, enfant, pour se venger d'un gamin qui lui avait volé son vélo.
Et très vite, à la force impressionnante de ses poings, il collectionne les victoires et les titres, celui de champion olympique à Rome en 1960, puis de champion du monde WBA en 1964 en battant Sonny Liston par KO au 7e round.
Le lendemain, il décide de changer de nom et se fait appeler Cassius X en l'honneur du leader des « Black Muslims », Malcolm X. Un mois plus tard, il se convertit à l'islam et prend le nom de Muhammad Ali.
Grâce à son style unique, les bras souvent ballants le long du corps, il conservera son titre mondial jusqu'en 1967, date à laquelle il refuse d'aller faire la guerre au Vietnam.
« Je n'ai pas de problème avec les Vietcongs », avait-il proclamé le 17 février 1966.
Il échappe à la prison mais est interdit de ring, vilipendé par une majorité de l'opinion publique américaine mais tenu par d'autres comme un pilier de la contre-culture et un champion de la cause des noirs qui se battent alors pour l'égalité des droits.
« Je mesure peut-être 2,18 m, mais je ne me suis jamais senti aussi grand que lorsque j'étais dans son ombre », a déclaré la légende du basket Kareem Abdul-Jabbar, rappelant que « Muhammad avait volontairement sacrifié les meilleures années de sa carrière et s'était battu pour ce qu'il croyait juste ».
Déchu de ses titres, interdit de boxer pendant trois ans et demi, il redevient champion du monde en 1974, réunifiant les titres WBA et WBC lors de sa victoire par KO (8e round) sur George Foreman lors du mythique « Rumble in the jungle » à Kinshasa, au Zaïre (aujourd'hui République démocratique du Congo).
« Une partie de moi s'en est allée, la plus grande partie », a commenté Foreman.
Ce combat, aussi médiatique que spectaculaire dans son organisation et son déroulement, marque le sommet de sa carrière. C'est lors de la préparation de ce duel qu'il avait lâché l'une de ses plus mémorables tirades: « Je vole comme le papillon, pique comme l'abeille, ses poings [de Foreman] ne peuvent pas toucher ce que ses yeux ne voient pas. »
Il a ensuite perdu son titre aux points face à Leon Spinks le 15 février 1978 et l'a récupéré en prenant sa revanche le 15 septembre de la même année.
« Comme Martin Luther King »
Retraité en 1979, il est contraint de remettre les gants deux ans plus tard, à 39 ans, faute d'avoir su gérer sa fortune.
C'est le combat de trop. En octobre 1981, il est tristement humilié par son compatriote Larry Holmes, trop fort pour lui (abandon, 11e reprise).
« Ce fut l'un des combats les plus durs que j'ai eu à faire, me battre contre un gars que j'ai aimé », a témoigné Larry Holmes samedi.
Ali n'est alors plus « le plus grand » mais il s'entête. En décembre de la même année, une défaite face à Trevor Berbick sera son dernier combat.
Après 56 victoires en 61 combats, dont 22 en championnats du monde et 37 avant la limite, Ali raccroche définitivement les gants.
En 1996, il apparaît, malade et affaibli par la maladie de Parkinson, lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques d'Atlanta où, tremblant, il avait difficilement embrasé la vasque olympique.
En 2005, il avait reçu la médaille présidentielle de la liberté, la plus haute décoration civile aux États-Unis.
L'ex-président américain Bill Clinton s'est dit honoré d'avoir été son ami.
Barack Obama a lui salué dans un message émouvant son rôle dans la lutte pour les droits civiques: « Il a été aux côtés de [Martin Luther] King et [Nelson] Mandela, il s'est élevé quand c'était difficile, il a parlé quand d'autres ne le faisaient pas. »
Soulignant qu'il conservait une paire de ses gants de boxe et une photo de lui dans son bureau personnel, juste à côté du Bureau ovale, la président américain a salué sa trajectoire hors-norme.
Ses apparitions en public étaient de plus en plus rares, la dernière remontait à avril dernier à Phoenix, lors d'un dîner de charité pour lever des fonds pour la recherche contre la maladie de Parkinson.
« Il [Dieu)]m'a donné la maladie de Parkinson pour me montrer que je n'étais qu'un homme comme les autres, que j'avais des faiblesses, comme tout le monde. C'est tout ce que je suis: un homme », avait déclaré le boxeur en 1987.
« Muhammad Ali ne mourra jamais », a assuré Don King, le promoteur du « Rumble in the jungle ». « Il est comme Martin Luther King. Son esprit vivra à jamais ».
Le décès de Muhammad Ali fait réagir la planète
Principales réactions au décès de l'ancien champion du monde des lourds Muhammad Ali vendredi à l'âge de 74 ans.
George Foreman, ancien champion du monde des lourds, battu par Ali dans l'un des combats les plus célèbres de l'histoire «The Rumble in the Jungle» (sur son compte Twitter): «Ali, Frazier et Foreman, nous ne faisions qu'un. Une partie de moi s'en est allée, la plus grande partie.»
Mike Tyson, ancien champion du monde des lourds (sur son compte Twitter): «Dieu est venu chercher son champion, adieu au plus grand @MuhammadAli TheGreatest RIP.»
Floyd Mayweather, ancien champion des mi-moyens, invaincu en 49 combats, et jeune retraité: «Nous avons perdu une légende, un héros et un grand homme. Il est l'un de ceux qui m'ont ouvert la voie pour que je devienne celui que je suis. Les mots sont insuffisants pour dire ce que Muhammad Ali a fait pour notre sport. Personnellement, ce qu'il m'a montré, c'est qu'il ne faut jamais avoir peur, jamais arrêter de croire et jamais se contenter de moins.»
Evander Holyfield, ancien champion du monde des lourds: «C'est une perte énorme. Je voulais être comme lui, il m'a inspiré [...] On m'a demandé un jour si je voulais battre son record [Ali a conquis un titre mondial des lourds à trois reprises, NDLR] et j'ai répondu non, car cela voulait dire qu'il fallait que je perde, mais pour revenir d'une défaite, il faut être plus fort encore et c'est ce qu'Ali a montré durant sa carrière.»
Don King, promoteur du «Rumble in the Jungle»: «C'était quelqu'un de merveilleux, pas seulement comme boxeur mais comme être humain, comme icône. Muhammad Ali ne mourra jamais, il est comme Martin Luther King. Son esprit vivra à jamais.»
Oscar de la Hoya, ancien champion sacré dans six catégories différentes, désormais promoteur: «Il est celui qui a propulsé la boxe dans son âge d'or et rendu populaire notre sport. Ali incarnait le courage, il n'a jamais choisi la facilité, que ce soit sur les rings de boxe et en dehors. Au moment de célébrer sa vie, il faut se souvenir qu'il a toujours cherché la grandeur dans tout ce qu'il a fait.»
Bob Arum, promoteur de boxe: «C'est à n'en pas douter la personne qui a le plus transformé notre époque, c'était un grand sportif, quelqu'un qui savait se faire comprendre, se faire entendre, qui disait haut et fort ce qu'il croyait être juste.»
Manny Pacquiao, légende philippine de la boxe et jeune retraité: «Nous avons perdu un géant, la boxe a beaucoup profité des talents de Muhammad Ali, mais pas autant que les hommes de son humanité.»
Lennox Lewis, ancien champion du monde des lourds (sur son compte Twitter): «Un géant parmi les hommes, Ali s'est montré grand dans son talent, son courage et ses convictions, à un point que la majorité d'entre nous ne sera jamais capable de comprendre véritablement. RIPAli.»
Barry McGuigan, ancien champion du monde des plumes: «Aujourd'hui nous avons perdu le plus grand sportif qui ait jamais vécu RIPMohamedAli.»
Larry Holmes, ancien champion du monde des lourds, ancien partenaire d'entraînement et vainqueur de Muhammad Ali en 1980 (à CNN): «Il m'a toujours bien traité. La première fois que je suis allé le voir, je n'avais aucun équipement. Il m'a donné ses chaussures de boxe, ses gants, son short, ses bandes de poignets, et m'a dit: ''voilà ton équipement''. Et ainsi nous sommes devenus amis. [...] [sur sa victoire contre Ali] Ce fut l'un des combats les plus durs que j'ai eu à faire, me battre contre un gars que j'ai aimé. [...] J'ai compris la raison pourquoi il voulait me combattre, c'était pour l'argent. Il allait prendre 10 millions de dollars. Mais il voulait combattre et gagner. [...] C'était un triste jour. Après l'avoir battu, je suis allé dans son vestiaire et je lui ai dit que je l'aimais. Il m'a dit: ''alors pourquoi as-tu crié de joie comme ça?'' Il avait toujours quelque chose à redire.»
Barack Obama, président des États-Unis: «Son combat en dehors du ring lui a coûté son titre, lui a valu nombre d'ennemis. Mais Ali a tenu bon.»
Bill Clinton, ancien président des États-Unis: «Hillary [son épouse, candidate à la Maison-Blanche] et moi sommes profondément attristés par la disparition de Muhammad Ali. [...] Nous l'avons vu grandir, passant de l'assurance impétueuse de la jeunesse et du succès à un âge adulte empli de religion et de convictions politiques qui l'ont mené à faire des choix difficiles et à en assumer les conséquences. [...] En chemin, nous l'avons vu courageux sur le ring, offrir un modèle aux jeunes, plein de compassion envers ceux qui étaient dans le besoin, et fort et plein d'humour face à ses problèmes de santé.»
Donald Trump, candidat républicain à la Maison-Blanche (sur son compte Twitter): «Muhammad Ali est mort à 74 ans! Un véritable grand champion et un homme merveilleux, il va nous manquer.»
David Cameron, premier ministre britannique: «Muhammad Ali n'était pas seulement un champion sur le ring - il était également un champion des droits civiques et un modèle pour tellement de personnes.»
La Fondation Nelson-Mandela, fondée par l'ancien président sud-africain Nelson Mandela, décédé en 2013: «Ali était une légende, à la fois en tant que sportif et en tant que personnage public déterminé à faire des sacrifices pour ses convictions [...] Nelson Mandela, qui appréciait la boxe, considérait Ali comme son héros dans la boxe. Madiba avait un grand respect pour son héritage et parlait de ses réalisations avec une grande admiration», a réagi Sello Hatang, président de la Fondation.»
Kareem Abdul-Jabbar, ancien joueur des Lakers de Los Angeles, meilleur marqueur de l'histoire de la NBA: «À une époque où les Noirs qui s'élevaient contre les injustices étaient traités d'arrogants et souvent arrêtés, Muhammad a volontairement sacrifié les meilleures années de sa carrière et s'est battu pour ce qu'il croyait juste. En faisant cela, il a fait grandir tous les Américains, Noirs et Blancs. Je mesure peut-être 2,18 m, mais je ne me suis jamais senti aussi grand que lorsque j'étais dans son ombre.»
David Beckham, ancien joueur de soccer: «Le Plus Grand le sera toujours... Le plus fort et le meilleur... Repose en paix.»
Ringo Starr, ancien batteur des Beatles: «Que Dieu bénisse Muhammad Ali, paix et amour à toute sa famille.»
Madonna, artiste: «Cet homme. Ce roi. Ce héros. Cet humain! Les mots me manquent. Il a secoué le monde! Que Dieu le bénisse.»
Snoop Dogg, rappeur américain: «Le champion du peuple. Mon héros.»
Justin Bieber, artiste, accompagnant son message avec une photo d'Ali jouant au Monopoly: «C'est le ALI qu'on devrait tous retenir! L'homme drôle et aimant qui était complètement lui-même!! RIP CHAMPION!!!»

12/06/2016 Carnage dans un club d’Orlando: au moins 50 morts et 53 blessés
12 juin 2016 21h31 | États-Unis Nicolas Revise - Agence France-Presse respectivement à Orlando et à Washington Shahzad Abdul - Agence France-Presse Steve Mort - Agence France-Presse
Un Américain soupçonné de liens avec le groupe État islamique (EI) a perpétré dimanche aux États-Unis le pire attentat « terroriste » depuis le 11-Septembre 2001, avec au moins 50 morts dans une boîte de nuit gaie de Floride.
Une dizaine d’heures après la fusillade la plus meurtrière de l’histoire de l’Amérique, le FBI, qui enquête pour « terrorisme », a identifié le tireur, tué par la police, sous le nom d’Omar Seddique Mateen. La police fédérale soupçonne fortement cet Américain d’origine afghane de 29 ans d’avoir prêté « allégeance » au groupe EI dans un appel passé aux services d’urgence 911 quelques instants avant son terrible crime.
Le FBI a aussi révélé avoir interrogé le jeune homme ces dernières années pour ses présumées « sympathies » islamistes mais que l’enquête n’avait jamais donné suite. Reste que, selon une agence de presse liée aux djihadistes, c’est bien un « combattant du groupe EI » qui est l’auteur de ce massacre dans un club gai d’Orlando, le Pulse, établissement emblématique de la cause homosexuelle en Floride.
La fusillade, couplée à une prise d’otages de plusieurs heures dans la nuit, a fait au moins 50 morts et 53 blessés. La tuerie s’est soldée par la mort du tireur abattu par les policiers d’élite du SWAT.
En raison de l’ampleur de la tuerie, le maire de la ville a demandé au gouverneur de l’État de Floride d’instaurer l’état d’urgence et il l’a d’ores et déjà fait pour sa ville, ce qui lui permet de mobiliser des ressources supplémentaires.
Sans attendre et tout en annonçant qu’il « n’y a pas d’autre menace », les autorités ont permis à un imam local d’intervenir pendant la conférence de presse. Il a appelé au calme et a demandé à la population et aux médias de ne pas tirer de conclusions hâtives sur le mobile du tireur.

30/07/2016 Décès de la députée Sylvie Roy
Mise en berne du drapeau du Québec de l’hôtel du Parlement
Québec, le 31 juillet 2016 – Le président de l’Assemblée nationale, M. Jacques Chagnon, annonce la mise en berne immédiate du drapeau du Québec sur la tour centrale de l’hôtel du Parlement, à la suite du décès de la députée d’Arthabaska, Mme Sylvie Roy.
C’est avec une très grande peine que le président de l’Assemblée nationale a appris le départ de sa collègue Sylvie Roy. Dans cette épreuve, M. Chagnon et tous les parlementaires sont de tout cœur avec les membres de sa famille dans ces moments de tristesse et ils tiennent à leur offrir leurs plus sincères condoléances.
Sylvie Roy a été élue pour la première fois députée de l’Action démocratique du Québec dans la circonscription de Lotbinière aux élections générales du 14 avril 2003. Elle a été réélue en mars 2007 et en décembre 2008. Aux élections générales de septembre 2012, elle est élue députée de la Coalition avenir Québec dans la circonscription d’Arthabaska et réélue en avril 2014. Depuis août 2015, Sylvie Roy siégeait comme députée indépendante.
Source et renseignements : France Pelletier

Marc-André Gagnon MARC-ANDRÉ GAGNON
Lundi, 1 août 2016 11:42
MISE à JOUR Lundi, 1 août 2016 17:45
C'est des suites d’une hépatite aiguë ayant endommagé son foie que la députée d'Arthabaska, Sylvie Roy, est décédée, dimanche après-midi.

08/12/2016 Mort de John Glenn, le 1er astronaute américain à avoir volé en orbite autour de la Terre
Le 08.12.2016 à 21h59
John Glenn, le premier Américain à avoir effectué un vol orbital autour de la Terre en 1962, est mort jeudi à l'âge de 95 ans, a indiqué la faculté de l'université de l'Ohio qui porte son nom. L'ancien astronaute était un héros national aux Etats-Unis depuis le 20 février 1962 : à 9H47, à sa onzième tentative, John Glenn décollait de Cap Canaveral à bord d'une fusée Atlas, avant d'effectuer trois fois le tour de la Terre en un peu moins de cinq heures. Près d'un an après le vol du Soviétique Youri Gagarine, cette mission réussie redonnait confiance à l'Amérique dans la conquête spatiale. John Glenn avait récidivé en 1998 à l'âge de 77 ans, devenant cette fois le plus vieil astronaute dans l'espace. En 2012, il avait participé aux célébrations du 50e anniversaire du premier vol orbital américain en discutant à distance avec l'équipage de la Station spatiale internationale (ISS) alors que les Etats-Unis dépendent désormais de la Russie pour leurs vols habités. John Glenn, qui avait fait une carrière de sénateur démocrate à Washington de 1974 à 1999, accusait l'administration de l'ancien président George W. Bush d'avoir sacrifié les ambitions spatiales des Etats-Unis en coupant les fonds à la NASA. "Je trouve que c'est dommage. J'espère que les efforts visant à recréer notre propre système de transport vont aboutir", déclarait-il ainsi en 2012.(WEB)

23/12/2016 Mgr Jean Gagnon est décédé ce matin à la suite d'une courte maladie à l'Hôtel-Dieu de Lévis. L'ex-évêque de Gaspé était atteint d'un cancer généralisé.
Un texte de Joane Bérubé
Le nouvel évêque de Gaspé, Mgr Gaétan Proulx se dit peu surpris par la nouvelle, mais surtout très peiné. « Surtout à l’avant-veille de Noël, c’est très déconcertant. On vit cela avec beaucoup de peine dans le cœur », a commenté Mgr Proulx.
Mgr Gagnon avait pris sa retraite en juillet dernier, soit depuis trois mois seulement.
Mgr Jean Gagnon avait été nommé évêque de Gaspé en novembre 2002 par le pape Jean-Paul II. À l’époque, il cumulait la double tâche d’évêque auxiliaire à Québec et d’administrateur apostolique du diocèse de Gaspé.Les détails des funérailles n’ont pas encore été précisés.
Le 22 juillet, Le nouvel évêque de Gaspé prêt à aller à la rencontre des Gaspésiens
Né le 21 mai 1941 à Saint-Joseph-de-Lauzon, il avait fait ses études à Lévis puis au Grand Séminaire de Québec. Il avait été ordonné prêtre en 1966 et était devenu évêque en 1998.
juillet, l'ancien évêque de Gaspé, Mgr Jean Gagnon, et le nouvel évêque du diocèse, Mgr Gaétan Proulx, feront la route ensemble de Québec jusqu'à Gaspé.
Ce sera sans doute pour les deux hommes, le moment de la passation des rênes, un interlude où les deux amis, qui se connaissent depuis longtemps, referont la liste des défis que l'un a dû relever et de ceux qui attendent l'autre.
Déjà, le nouvel évêque, qui se décrit comme un homme fraternel et accueillant, commencera son mandat en allant à la rencontre des communautés. « Prendre connaissance, dit-il, de ce qui existe déjà, prendre connaissance du milieu, des énergies de la communauté. »
Pour être un bon pasteur, il faut aimer le Christ, il faut être attaché à lui, avoir le goût d'annoncer l'Évangile.
Mrg Gaétan Proulx, nouvel évêque du diocèse de Gaspé Le nouveau pasteur sait déjà que la relève presbytérale et le déclin des communautés catholiques sont parmi les problèmes auxquels il devra s'attaquer. Il se dit par ailleurs optimiste sur l'avenir de l'Église et la place qu'y prendront les croyants.

ILES DE LA MADELEINE


 [0000-1899]  [1900-1949]  [1950-1999]  [2000-2004]  [2005-2009]  [2010-2014]  [2015-++++]

NATIONALES-INTERNATIONALES

 [0000-1899]  [1900-1949]  [1950-1999]]  [2000]  [2001]  [2002]  [2003]  [2004]  [2005]  [2006]
 [----2007----]  [----2008----]  [----2009----]  [2010]  [2011]  [2012]  [2013]  [2014]  [2015]  [2016]
                   
/


Haut de page

De toutRetourAccueil