EXPRESSIONS
Madeliniennes-Françaises et autres

Page 2


Expression: Manifestation de la pensée, du sentiment par la parole.




Bon feu bonne mine, la moitié de la cuisine
La chaleur ainsi que la bonne humeur le repas est déjà à moitié réussi.( Yvette R.)

Un œil d’aigle Un " œil de lynx
Signifie un œil perçant.

Les yeux de chat
Indique que la personne à une vision nocturne.

Un œil de loup
Est noir, enfoncé et méchant

Un œil de cochon
Se dit d'un petit œil enfoncé, lubrique à l’occasion.

Yeux en boule de loto
Forcément gros et saillants.

Langue de bois
Langage figé, notamment de la propagande politique, sans prise pour la réalité

Il ne faut pas juger de l'arbre par l'écorce
"Il ne faut pas se fier aux apparences, ou juger les gens sur leur mine"

Au coin d’un bois
"Dans un endroit désert"

Des yeux en vrille Nous inquiètent, petits et perçants, vifs comme cet outil.

Des yeux de braise
Noirs et brillants, révèlent une ardeur intérieure autant qu’une profonde couleur.

L’œil au beurre noir
Entouré d’une ecchymose, se disait autrefois œil à la compote . L’œil poché trouve donc à la cuisine son acolyte l’œuf au plat entouré de beurre noirci.

Pousser le bois
"Jouer aux échecs"

Les yeux bordés d’anchois
Désigne sans pitié des yeux sans grâce, aux paupières fatiguées ou rougies.

Etre tiré à quatre épingles. Etre sur son trente-et-un
Très bien vêtu.

Il pleut des cordes, à boire debout
Il pleut beaucoup.

Les quatre fers en l'air
Il/elle est tombé.

Chercher midi à quatorze heures
Chercher sans raison, l'impossible.

Croix de bois, croix de fer, si je mens, je vais en enfer
Formule de serment en forme de comptine, employée par les enfants ou ironiquement pour affirmer solennellement

Pleurer comme une madeleine
Pleurer sans arrêt.

En avoir ras le bol
Écoeuré, dégoûté.

Monter sur ses grands chevaux
Devenir agréssif.

Demander la lune
Demander quelque chose d'impossible.

Faire les cent pas
Attendre avec difficulté.

Se jeter à l'eau
Oser accomplir une chose difficile, stressante.

Sortir du bois
"Se manifester, apparaître au grand jour"

Etre dans le rouge
Se dit dans la finance lors d'un dificit bancaire.

Tomber dans les pommes
Évanouissement.

Toucher du bois
Se dit d'une personne qui a réussi, qui est contente de ce qu'elle a accompli qui a eu de la chance.

Mettre de l'eau dans son vin
Être moins exigeant.

Panier à salade
Dans le moyen âge, les prisonniers étaient placés dans un genre de panier fait en osier sur roues ou dans un chariot et trainés par des chevaux.(TV)

Un vrai moulin à battre (moissonneuse)
Se dit d'une personne qui parle sans arrêt.

Faire jambe de bois
"Quitter un restaurant sans payer"

Cheval donné ne regardons pas la bride
Ne pas faire de remarques désobligeantes lorsque l'on reçoit quelque chose.

Abattre du bois (XVIIème s.)
"Faire de la besogne" – allusion au travail du bûcheron.

Avoir la gueule de bois
"Avoir la bouche sèche après avoir trop bu"

Casser du bois sur le dos de quelqu’un
"Le battre" ou "Dire du mal de quelqu'un dans son dos"

Demander l'aumône au coin d'un bois
"Être un bandit, rançonner les passants"

Être malheureux comme le bois dont on fait le gibet
Cette expression s’explique par le fait que le peuplier, l’aulne et l’orme qui servaient notamment à la construction des gibets étaient considérés comme des bois maudits.

Faire flèche de tout bois ou Faire feu de tout bois
"Utiliser tous les moyens de fortune"

Mettre le doigt entre le bois et l’écorce ou Mettre le doigt entre l’arbre et l’écorce
"S’immiscer dans une affaire où il y a des intérêts contradictoires, vouloir concilier à ses dépens les inconciliables"

Montrer de quel bois on se chauffe
"Montrer ce dont on est capable"

Toucher du bois
Désigne un geste superstitieux fait pour conjurer le mauvais sort

Trouver porte de bois ou Trouver porte close
"Ne trouver personne" ou "Ne pas être reçu dans un lieu, une maison"

Bois de justice
"Échafaud"

Chèque en bois
"Chèque sans provision"

Tête de bois
"Avoir la tête dure"

Comme un emplâtre sur une jambe de bois
"Sans aucune efficacité"

Il n’est feu que de bois vert
"Seule la jeunesse est capable d’ardeur"

Homme des bois
"Homme sauvage"

La faim chasse le loup du bois
"La nécessité oblige à se montrer"

Écrapoutir
"Écraser, se faire laver, perdre par une écrasante défaite".

Virer son capot de bord
"Changer d'idée"

Grand Flagzo
"Comme on appelait les grands élancés dans le Bas-du-Fleuve" (Que Freud me pardonne)

__________________________________________________________

TYPIQUEMENT MADELINOT

Origines

Le vocabulaire des francophones des Îles de la Madeleine témoigne de la présence originelle des Amérindiens, puis du passage des Basques et de la coexistence de francophones et d'anglophones, restreints à ce petit territoire. L'histoire des Îles est mêlée à celle de l'Acadie et le langage des Madelinots ressemble en plusieurs points à celui des Acadiens du Nouveau-Brunswick ou de la Nouvelle-Écosse. Plusieurs exodes vers la Côte-Nord ont eu pour effet de créer là-bas un ou plusieurs dialectes « cousins ».

Les accents

Aussi, en plus d'avoir un accent madelinot, les localités des Îles ont développé différents accents, dont les plus remarquables sont ceux du Havre-Aubert, avec des « R » bien gras [ʀ], et du Havre-aux-Maisons, avec des «R» qui deviennent des «Y» [ʝ] (dit-on peut-être à cause d'une ferveur anti-royaliste dans la région de France d'où sont venus les habitants de ce village). Une confusion du son «ON» /ɔ̃/ avec le son « AN » /ɑ̃/ serait à l'origine du toponyme « Millerand », étant de fait un canton de Bassin où le chemin parcourt un « mille rond ».

On peut regrouper les mots du dialecte selon différents catégories, anglicismes, expressions, faux amis, néologismes ou acadianismes, mais chaque mot risquerait souvent de tomber dans plus d'une catégorie. Voici une liste de mots madelinots placés en ordre alphabétique: une « baille » : une cuve. une « croxignole » : un beignet frit dans l'huile de phoque (loup marin)2,3,4. les « Bassiniers » : les habitants de la localité de Bassin. « brocher » : tricoter. un « coque » : une mye. un « désordre » : un vacarme. un « djiggeur » : un hameçon à morue (de l'anglais jigger). une « douceur » : du sucre, une sucrerie. un « débaris » : glaces accumulées près du littoral. « écumer » : mourir d'envie. un « élan » : un bon laps de temps. une « échouerie » : une grande plage dunaire où venaient s'échouer les morses. un « fla » : une raie (poisson, de l'anglais flat). « godême » (comme interjection, substantif ou verbe): (de l'anglais god damn) . un « loup-marin »: un phoque. un « machine » : un truc, un machin, un tel (en parlant de quelqu'un) un « magasin » : un cabanon, une remise. un « margot » : un fou de Bassan. une « saline » : une petite cabane de pêcheur servant à sécher le poisson. une « traille » : un bon laps de temps (de l'anglais trail). « washer » : éclabousser (de l'anglais to wash).


Écoute que je te parle
"Attirer l'attention de quelqu'un" (Radar)

S'amariner
Baigneur, "S'habituer à l'eau" (Radar)

Tête de biork
"Avoir la tête dure" (Radar)

Venter à décorner les boeufs
Un vent très fort (Radar)

Faire le d'jable
"Faire enrager quelqu'un" (Radar)

A bout d'yeux
"Au plus loin que porte le regard" (Radar)

Ôte tes meniches de là
"Retire tes maisns de là"

Viens m'ki chez-nous demain matin
"Viens me chercher chez-nous demain matin"

Tout décalventré
"décolleté"

Chu gelé massif!
"J'ai vraiment froid!"


C'est dur comme d'la corne!
"
Quelque chose qui est très dur"

Greille-toi
"Habille-toi"

Une trâlée
" Plusieurs"

Une bouêlle
"Une bouée"

Mes lunettes étaient toutes raisées
"Mes lunettes étaient toutes égratignées"

What a traille
"Ca fait longtemps"

Un matawin
"Un chum"

Ca fait zir, mal au tcheur!
"C'est déguelasse"

Retour Page Accueil